Rédigé par Audrey Mayer

À l’occasion du « 12 août, j’achète un livre québécois… ou deux… ou trois! », j’ai demandé à des lecteurs chevronnés et des auteurs de tous les horizons de vous proposer quelques titres.

[Cliquez sur les couvertures pour commander ou réserver en ligne.]

Pascale Cholette-Dufour, une de nos anciennes libraires, vous propose:

La route sacrée, coécrit par Jean Désy et Isabelle Duval
Récit de voyage

Le livre est en quelque sorte le journal de bord d’un pèlerinage à la colline Blanche, tout près de la rivière Témiscamie. C’est une invitation à un voyage dans le nord du Québec, à la découverte de notre territoire, des spiritualités chrétiennes et autochtones et du profond métissage qui caractérise notre culture. C’est aussi une belle réflexion sur notre époque et le besoin du sacré, du spirituel dans notre existence.

Alex-Ann Flambert, blogueuse littéraire derrière La bibliomaniaque, vous propose: 

Les filles bleues de l’été par Mikella Nicol
Roman

Une histoire d’amitié bouleversante qui nous fait réfléchir à la loyauté, dans ses côtés les plus extrêmes.

Caroline Legouix, cliente fidèle de la librairie, ainsi
qu’auteure du recueil de nouvelles Visite la nuit, vous propose:

Catherine Leroux, Madame Victoria, nouvelles, Alto (2015)
Roman

En s’inspirant d’un fait divers, Catherine Leroux imagine les vies possibles d’une femme dont le squelette anonyme a été découvert, en 2001, près de l’Hôpital Royal Victoria. Des vies de solitude, tristes et violentes, réalistes ou fantastiques, mais illuminées par une magnifique écriture riche et poétique.

Daniel Grenier, Malgré tout on rit à Saint-Henri, nouvelles, Le Quartanier (2012)
Roman

Les nouvelles de ce recueil racontent de petites tranches de vie, l’action n’est pas leur ingrédient principal (et ce n’est pas un reproche de ma part). J’ai été séduite par la grande qualité d’observation de Daniel Grenier. Son écriture précise, le choix des mots, la syntaxe et les images m’ont captivée.

Éric Plamondon, 1984 : Hongrie-Hollywood Express (2012), Mayonnaise (2013), Pomme S (2014), trilogie romanesque, Le Quartanier
Romans

Dans cette trilogie, le récit des vies de Johnny Weissmuller, Richard Brautigan et Steve Jobs servent au narrateur, Gabriel Rivages, de fil conducteur pour écrire un journal. Sous l’accumulation de détails encyclopédiques, nous découvrons des éléments de sa vie personnelle. J’ai aimé l’histoire éclatée, les courts chapitres et la sensibilité qui se dégagent des commentaires de Rivages sur ces trois destinées hors du commun.

Josiane Stratis, co-auteure et co-fondatrice du blogue de mode Ton Petit Look et des livres du même nom, vous propose:

 Pivot de Marie-Ève Cotton
Roman

Je ne m’attendais pas à tant d’humanité dans un bouquin. Ça donne une vision plus positive des personnes au prise avec des problèmes de santé mentale.

Josiane réalise aussi le défi #52RomansQueb2017 sur Instagram.

Charles Quimper, primo-romancier de Marée montante parut en 2017, vous propose: À la question:

Putain de Nelly Arcan
Roman

C’est un grand cri, un torrent de mots fous qui arrachent, qui déchirent de grands lambeaux sur leur passage. Un très très grand livre.

Le jour des corneilles de Jean- François Beauchemin
Roman

Un roman déchirant, beau, inventif. Beauchemin réinvente la langue pour en créer une toute nouvelle variété. Celle qu’utilisent les enfants abandonnés, les âmes esseulées, les gens en manque d’amour.

Le Bleu des rives de Marie Claude Lapalme
Roman

Un magnifique recueil de nouvelles qui nous berce du bruit de l’eau, que celle-ci soit rivière, cascade ou lac tranquille. Des histoires qui s’imprègnent en nous, qui colorent nos pensées  pendant de longs moments.

Katherine Raymond, primo-romancière de Matricide, parut en 2017, vous propose: 

Demoiselles-cactus, Ciels transitoires de Clara B. Turcotte
Roman/Poésie

L’humour est mordant, l’écriture précise et rythmée, magnifiquement subversive. La vision du monde d’une justesse implacable.  

La mort de mignonne de Marie-Hélène Poitras
Roman

Une auteure qui n’est plus à présenter, un recueil d’une humanité percutante, une poésie, le dernier livre en date à m’avoir fait verser une larme.

Pourquoi Bologne d’Alain Farah
Roman

L’autofiction élevée au rang de performance.

Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
Roman

L’originalité  sans égale de la forme, raconter la vie dans un éclatement total des codes.

Sylvianne Blanchette, primo-romancière de Une fille louche, parut en 2016, vous propose: 

Chaque automne j’ai envie de mourir de Véronique Côté et Steve Gagnon
Roman

Il s’agit là de mon recueil de nouvelles préféré, rien de moins.  Les deux auteurs ont rassemblé des textes courts et en ont fait un merveilleux livre rempli de sensibilité et d’authenticité.  La lecture de ces petites confessions fait vivre des moments forts.  D’abord attirée par le titre, si beau selon moi, j’ai été bouleversée par la poésie simple des histoires et l’atmosphère intime dans laquelle chacune nous plonge.

Simon Roy, l’auteur de Ma vie rouge Kubrick (parut en 2016)
ainsi que Owen Hopkins, Esquire (parut en 2017), vous propose:

Les sangs d’Audrée Wilhelmy
Roman

Une lecture captivante que celle du roman « Les sangs » d’Audrée Wilhelmy. Quelle culture et surtout quelle maîtrise de l’écriture! Une troublante plongée dans la perversité morbide. Eros et Thanatos fusionnés à nouveau pour le meilleur mais surtout pour le pire, comme dans un conte sordide qui finirait mal. Mais bien mal. Je saigne des yeux.

Marthe Filler, une ancienne libraire passionnée et une lectrice depuis des dizaines d’années, vous propose:

La petite et le vieux de Marie-Renée Lavoie
Roman

Son nouveau titre vient tout juste de paraître et je compte bien l’acheter, mais j’ai lu son roman La Petite et le vieux. J’ai aimé. Ses personnages sont atypiques, drôles et touchants. Sans parler de sa mère, quelle femme!

Victor Sanchez, un passionné lecteur de bandes dessinées, vous propose:

Comment je ne suis pas devenu moine de Jean-Sébastien Bérubé
Roman

Ce roman graphique est d’une franchise et d’une honnêteté déconcertante. Qu’arrive-t-il lorsque nos rêves de jeunesse se réalisent? Qu’arrive-t-il lorsque ceux-ci ne sont pas autant à la hauteur de ce qu’on espérait? Jean-Sébastien Bérubé nous invite dans un Népal et un Tibet contemporains où les idéaux semblent s’être exilés et où la quête du Nirvana se transforme en cheminement identitaire.

Mélanie Dupont, cliente régulière ainsi que blogueuse de Bookivores, vous propose:

Souffler dans la cassette de Jonathan Bécotte
Poésie

Un roman poétique accessible à tous
On ressent, on partage, on vit chaque ligne
Nous donne envie de le relire aussitôt terminé

Des fleurs pour ta première fois de Guillaume Morrissette
Polar

Un polar écrit en entonnoir
Une plume captivante et un style unique
De nombreux rebondissements empreints de suspense

L’enlèvement de Carl Rocheleau
Biographie

Un fait vécu qui nous pogne aux tripes
L’auteur du livre est le frère de la victime
Trois points de vue : la victime, la mère et le côté plus formel de l’enquête.

L’embaumeur d’Anne-Renée Caillé
Roman

Un œil sur la réalité du métier d’embaumeur
Une plume magnifique et singulière
Un accès VIP à ce repère où la vie et la mort se côtoient intimement

D’amour et de haine : Quand tout bascule de Sonia Alain
Romance / Historique

Une histoire d’amour compliquée
Un volet historique fort intéressant
Des personnages hyper attachants

Métamorphose : Exorde d’Ericka Duflo
Jeunesse /Fantastique

Un récit haletant
Des personnages mystérieux
Une série totalement addictive

Audrée Wilhelmy, l’auteure des romans Les sangs et Oss, vous propose:

Chien de fusil d’Alexie Morin
Poésie

Ce livre m’a permis de renouer avec la poésie et il est à l’origine de ma curiosité actuelle pour les recueils québécois contemporains. L’alternance des passages en proses et en vers facilite l’immersion dans le texte, et la trame narrative forte contribue à accrocher le lecteur qui lit habituellement des romans. J’ai adoré la vulnérabilité humaine qui est présentée, et la puissance à la fois enveloppante et destructrice de la nature. La voix d’Alexie est renversante par sa densité, sa sensibilité et sa force.

Mue d’Isabelle Gaudet-Labine
Poésie

Commandes téléphoniques et en magasin seulement.

On sent que chaque mot de ce recueil est choisi, pesé et réfléchi longtemps. Cette précision de la langue ne manque pas de naturel, mais accentue l’effet douloureux des époques transitoires racontées dans les poèmes. À la fois violente et pleine d’espoir, la poésie d’Isabelle Gaudet-Labine me transporte dans différentes époques de mon propre corps. Je trouve toujours intéressante la capacité d’atteindre l’universalité à travers une voix et un imaginaire pourtant très personnels.

Les hommes sont des chevreuils qui ne s’appartiennent pas de Mireille Gagné
Poésie

Ce recueil est d’une efficacité redoutable. L’homme et la bête deviennent indissociables; prédateur, proie: tout se mélange, et de cette fusion naît un recueil court, tranchant, presque brusque, qui tient captif le lecteur. Les questions soulevées par les vers francs de Mireille Gagné m’ont habitée longtemps après la fin de ma lecture. Des images restent et me hantent, d’une façon à la fois inquiétante et enchanteresse. J’en garde le sentiment d’un retour à l’animalité, libérateur, nécessaire.

Marie-Ève Cotton, l’auteure du roman Pivot, vous propose:

Le Christ obèse de Larry Tremblay

Roman

Quand j’ai terminé ce roman, j’ai cherché frénétiquement dans ma maison du scotch-tape pour recoller ma mâchoire d’en bas avec celle d’en haut… Quel livre brillant ! Il faut tout un talent pour descendre dans des zones aussi sombres et complexes de l’âme humaine, et pour les représenter dans une histoire avec une telle lucidité, une telle adresse. Larry Tremblay est un très grand auteur, son œuvre est à lire au complet. Mais Le Christ obèse demeure mon coup de cœur.

L’autre Jeanne de Marie Larocque
Roman

En littérature, j’ai toujours adoré l’humour intelligent au service d’un propos profond. Romain Gary, Julian Barnes, David Foenkinos… quand je lis ces auteurs, je ralentis vers la fin pour que ça dure plus longtemps. Cette année, j’ai découvert Marie Larocque et j’en ai ri un coup en lisant ce roman, par ailleurs rempli de sensibilité et d’une authenticité décapante. J’ai été tellement habitée par le superbe personnage de Jeanne que je plaçais des «ostie» partout dès que j’écrivais (fallu que je fasse attention en rédigeant mes rapports médicaux, quand même…). Mon coup de cœur québécois 2017.

Le vent en parle encore de Michel Jean
Roman

La littérature a toujours rempli la fonction, entre autre, de raconter ce que les autorités et les discours officiels taisaient. Au Qc/Can, l’occultation de l’histoire et du point de vue des autochtones est massive, elle nous prive d’une immense richesse identitaire collective, et elle me désole profondément. Dans cet excellent roman de Michel Jean, un écrivain innu, la réalité des pensionnats autochtones est racontée avec un style sobre qui laisse toute la place à la force et à la sensibilité de l’histoire. Si j’étais ministre de l’éducation, ce livre serait une lecture obligatoire.

Merci à tous ceux et celles qui m’ont envoyé leurs suggestions de lectures! J’espère qu’elles ont plus à nos client(e)s, car ce sont des titres qui sont moins populaires, mais qui sont d’une incroyable qualité. Nous vous attendons à la librairie. Consultez notre Facebook ou notre site commercial pour connaître les concours et promotions en vigueur aujourd’hui (12/8/2017)!