Auteur: Michel Rabagliati Genre: , , , ,
Évaluation

Paul à Québec de Michel Rabagliati, chez la Pastèque, à 27.95$

BD adaptée en film

paulaquebec

 

Je l’avoue: j’ai été voir le film avant de lire la bédé. Après ma déception dePaul à la campagne (qui n’était en fait causée que par un niveau d’attentes « rocambolesquement » trop élevées), je n’avais pas trop envie de me lancer dans la lecture de Paul à Québec. Je suis alors allée voir le film en pensant que c’était une mignonne petite comédie québécoise comme on l’en voit parfois et qui nous redonne le sourire alors que le monde autour de nous nous semblait si gris un peu avant que le film ne commence. J’y ai amené une amie en lui disant qu’on verrait un « petit film cute« . Les lecteurs des Paul doivent bien rire de moi présentement… à moins qu’ils n’aient déjà arrêté de lire (ce qui serait désolant)!

Le film était en fait un drame, mais pas un drame comme les autres drames qu’on peut visionner parfois et qui sont si dramatiquement dramatiques qu’ils nous font pleurer tous les larmes de notre corps au point où on se demande si vraiment on pleure à cause du film ou que ce n’est pas plutôt parce qu’on a juste envie de pleurer. Non: « Paul à Québec » est un drame du quotidien, un drame de notre quotidien. C’est l’histoire d’une famille unie (celle de la conjointe de Paul, Lucie) qui perd un membre de sa famille après un diagnostique de cancer du pancréas. C’est l’histoire d’une famille insouciante, comme nous tous, qui du jour au lendemain se voit confronter à l’idée de perdre un être précieux pour toujours. Dans la salle de cinéma, maintes fois, nous entendions les autres spectateurs et spectatrices pleurer doucement. C’est une histoire plus que touchante, mais aussi accompagnée de rires, de moments de bonheur inoubliables immortalisés dans la bande dessinée.

Finalement, ce soir, j’ai osé ouvrir la bande dessinée de Paul à Québec et me réconcilier avec Rabagliati. J’ai été surprise de voir que plusieurs adaptations avaient été faites pour les besoins du film et que la bande dessinée était encore meilleure que celui-ci! Les grands moments du film y sont tout de même (il va s’en dire)! Sachant l’issue de cette lecture, j’ai eu de la difficulté à la terminer parce que chaque moment un peu triste, un peu heureux, un peu rigolo, me ramenait à l’inévitable et je pleurais, je pleurais… Cette bédé est venue me toucher droit au coeur puisque j’ai perdu mon grand-père récemment et soudainement en plus d’avoir aussi perdu deux autres grand-parents des griffes du cancer il y a plusieurs années.

Cette bédé est donc d’une beauté indéfinissable. Elle sublime l’indicible. Rabagliati, je t’aime. Toutes mes excuses à toi et à tes fans pour le résumé précédant. 10/10

Pour commander ou réserver en ligne, cliquez ICI.

– Suggéré par Audrey