Rédigé par Audrey Mayer9782923841229,1-234374

Classique de la bande dessinée québécoise, Red Ketchup est apparu en tant que personnage secondaire dans la série Michel Risque, publiée dans le magazine d’humour Croc. Red Ketchup est donc le nom d’une série portant le nom de son personnage principal.

Un patrimoine ignoré

La bande dessinée québécoise, souvent désignée par le sigle BDQ, a une longue tradition derrière qui est, malheureusement, méconnue du public.

Contrairement à une opinion largement répandue, elle n’est pas née au cours des années 1970. Déjà, au XIXe siècle, on trouvait des bandes dessinées muettes ou légendées2 dans les journaux satiriques. Puis, tout au début du XXe siècle (dès 1904), on a pu lire des bandes dessinées à phylactères3 dans les grands quotidiens montréalais. À cette époque, des « pionniers de la bulle » travaillaient à ériger l’un des arts les plus populaires du siècle. [1]

Bien que depuis les années 1970, des chercheurs se penchent sur l’écriture de certains pans l’histoire de la BDQ plusieurs restent encore à écrire. À travers l’histoire de la BDQ se produit (est mise en scène) l’histoire du Québec (tels que la grande noirceur et la Révolution tranquille, l’urbanisation et la mondialisation, etc.).

Le magazine Croc

C’est grâce aux efforts de Jacques Hurtubise au cours des années 1970 que la création du mensuel Croc aboutit en octobre 1979 à un combiné d’humour textuel et pictural.

Pendant les quinze années suivantes, Croc constitue une référence majeure en matière de bande dessinée québécoise. Dans ses pages défilent tout ce que le Québec compte alors d’auteurs de BD : Réal Godbout, Pierre Fournier (« Michel Risque », « Red Ketchup »), Michel Garneau alias Garnotte (« Pauvres riches »), Jacques Hurtubise (« Le Sombre Vilain »), Serge Gaboury (« Les Aventures de Hi-Ha Tremblay »), Lucie Faniel (« Olga et les bêtes », « Flip-lip »), Patrick Moerrel (« La Patinoire en folie », « Roch Moisan »), Caroline Merola, Jules Prud’homme (« La Sœur violente », « Xavier », « Vie moderne »), Jean-Paul Eid (« Jérôme Bigras »), Jacques Goldstyn (« Toto le Bosniaque », « Les Fiches du neurone banni » ), Claude Cloutier (« La Légende des Jean-Guy », « Gilles La Jungle », « Nevada Allaire ») et bien d’autres. [2]

Emportées par ce succès, la majorité des bandes dessinées de ce magazine satirique seront regroupées sous forme d’albums, mais aussi invraisemblable que ça puisse paraître, on en créera aussi des émissions de télé (« Le Monde selon Croc ») et de radio, des jeux (« Croc, le jeu qu’on rit »), des logiciels, des t-shirts et différents gadgets! Et, pour faire une histoire longue courte (comme le dit si bien mes collègues François et Stéphanie), c’est ainsi qu’est né l’agent fou du FBI…

redketchuppastequepl_

Red Ketchup

Steve Ketchup est blanc comme neige, car il est albinos. Son seul point faible est donc ses yeux qui ne supportent pas la lumière. C’est pour cette raison, d’ailleurs, qu’il porte constamment des lunettes fumées. À part de cela, il est complètement indestructible grâce… à l’abus de drogues massives! En fait, il carbure littéralement sur les drogues: n’importe lesquelles, c’est-à-dire, les légales autant que les illégales. Il se trouve aussi que Steve « Red » Ketchup est un agent du FBI. Pourfendeur de la veuve et de l’orphelin, il fait toujours exécrablement échouer toutes ses enquêtes en détruisant tout sur son passage, mais il croit dur comme fer qu’il est indispensable à son équipe et que ses opérations réussissent à tous les coups. Son chef ne peut le renvoyer de peur qu’il se retourne contre l’Amérique… Donc, il l’envoie dans des endroits éloignés où il le croit inoffensif (comme en Alaska), mais Ketchup réussit toujours à créer des coups d’État bien malgré lui!

Bref, son invulnérabilité combinée à sa naïveté fait de Ketchup un classique de la bédé québécoise. Hilarant du début à la fin. Empli d’un humour noir grinçant, mais attention cœurs sensibles s’abstenir parce que le sang coule à flots ce qui a d’ailleurs contribuer au surnom de cet anti-héros, RED Ketchup.

Cependant, il est certain qu’on en ressort inévitablement jovial.

 

Red Ketchup de Réal Godbout et Pierre Fournier, chez la Pastèque, à 34.94$

Pour commander ou réserver en ligne, cliquez ICI.

 

Références:
1- Source: http://www.collectionscanada.gc.ca/comics/027002-7000-f.html
2- Source: http://www.collectionscanada.gc.ca/comics/027002-7500-f.html