Tout récemment paraissait Dimanche de Jérôme Baril, un recueil de poésie, aux éditions de Ta Mère. De la poésie chez Ta Mère? Ta Mère en édite encore?

Eh oui! Aux tout débuts de la maison, Ta Mère publiait surtout de la poésie. Les deux premières publications ont été American Épopée de Guillaume Cloutier et Je pense que ce recueil s’adresse à toi de Maxime Raymond. On doit à Cloutier, éditeur à l’époque ayant depuis quitté la maison, plusieurs fulgurantes lectures publiques que n’aurait pas renié un Nicholas Giguère, auteur de Queues (carcajou.lbrs.ca/2mESyIdg), publié chez Hamac. Et le recueil de Maxime Raymond, éditeur et un des cofondateurs de Ta Mère, contenait plusieurs trouvailles. S’en sont suivi Les plus belles filles lisent du Asimov de Sébastien Charles et Événements miteux (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFZV) de Frédéric Dumont, qu’on a depuis lu en revue et aux Éditions de l’Écrou (carcajou.lbrs.ca/2mEYpunW).

Puis, la maison s’est surtout concentrée à publier des romans, des nouvelles et du théâtre. Avec passablement de succès d’ailleurs! Ta Mère a en effet attiré l’attention des libraires en 2011 avec Ceci n’est pas une histoire de dragons (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFZt ) de Mathieu Handfield, puis des médias avec Toutes mes solitudes (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFb6) de Marie-Christine Lemieux Couture. Et elle s’est construit un fidèle lectorat, notamment par les publications de Simon Boulerice (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFaz), Jean-Philippe Baril Guérard (carcajou.lbrs.ca/2mEV0w9B), la bande du Théâtre du futur (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFhG), Sarah Berthiaume (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFfm), ses très bons collectifs (carcajou.lbrs.ca/2mEV0wAY), et j’en passe. Le tout avec les couvertures de Benoit Tardif (https://goo.gl/eFLepq), signature caractéristique du monde de l’illustration s’il en est une!

Et la poésie, dans tout ça? Plus pertinente dans la littérature québécoise en occupant d’autres terrains, Ta Mère n’en a pas vraiment publié pendant plusieurs années, mais n’avait jamais complètement fermé la porte à la poésie non plus. C’est dans ce contexte qu’elle a publié Hiroshimoi (carcajou.lbrs.ca/2mEUwFn2 ) et Chenous (carcajou.lbrs.ca/2mEV0wBO ) de Véronique Grenier, le premier un «récit poétique», le deuxième, un recueil de poésie. Et voilà que Ta Mère récidive.

Bref, chez Ta Mère paraissait tout récemment Dimanche de Jérôme Baril. Un recueil de poésie. Dont je vais vous parler… bientôt! 😉

– Maxime Nadeau