Vous vous rappelez du défi de lecture de bandes dessinées qu’Audrey et moi avions fait il y a deux ans? Et bien, cette année, je me suis lancée un nouveau défi : lire 365 bandes dessinées au courant de l’année. Je vous entends penser : « Donc tu vas lire une BD par jour?». Pas nécessairement. En effet, mon but est de lire 365 BDs pour l’année, mais je ne m’impose pas de minimum par jour ou par semaine. Simplement parce que j’ai d’autres occupations et que, parfois, je n’ai simplement pas envie de lire :P.

Parce que j’aime partager mes découvertes avec vous, une fois par mois, sur le blogue de la librairie, vous retrouvez mes coups de cœur du mois précédent :D!

Commençons donc avec des lectures du mois de janvier que j’ai spécialement appréciées.

Ramures de Bellebrute chez Bayard Canada, 25.95$

ramures

À la fin de cette BD, j’ai eu l’impression que mon cœur implosait. L’histoire touchante d’un homme qui hérite du commerce de cordonnerie de son père, suite à la mort de ce dernier. Ce jeune homme timide n’est pas intéressé par cet ouvrage. Au contraire, il chérie une passion pour le jardinage. Sa mère entretenait un magnifique jardin derrière la boutique du père. En homme responsable, Albert répare les souliers de tout le voisinage pendant la journée et, le soir, il se perd dans le jardin. Ayant l’impression de vivre en marge de la société, il s’inquiète. Comment aborder cette femme qui chamboule sa vie à l’instant même où elle met les pieds dans sa boutique?

En plus d’être très touchante, cette bande dessinée est d’une beauté sans nom. Sans aucun doute, un des objets les plus beaux que j’ai pu voir sur les tablettes de la librairie! Évidemment, c’est une esthétique qui m’attire beaucoup personnellement. En terminant ce livre, j’avais vraiment le cœur gros. On s’attache facilement à Albert le cordonnier et son histoire résonne au plus profond de notre propre timidité face au monde. C’était la deuxième bande dessinée que je lisais cette année et, franchement, elle fera partie de mes coups de cœur de l’année. Ce genre de bijou sur lesquels on peut tomber sans s’y attendre. C’est exactement ce qui rend le travail de libraire magique :D.

 

La Ligue des voleurs T.01 de Maïa Mazaurette et Dagda aux Éditions Jungle, 22.95$

voleurs

Ici, les personnages principaux sont des voleurs professionnels. Enfants comme parents. Même que les enfants ne vont pas à l’école traditionnelle, telle que nous la connaissons. Non, ils vont plutôt à une école pour voleurs où ils apprennent à devenir des as de l’escroquerie, de l’infraction, etc. Évidemment, cette école semble bien plaisante, mais Clémence aimerait changer de style de vie. En effet, elle n’aime pas voler ou arnaquer les gens. Ce qui l’intéresse, c’est la biologie, les maths, l’histoire. Elle aimerait bien mener une vie honnête, mais elle craint de décevoir ses parents. Personne ne comprend cette idée qui l’obsède. Un jour, pendant une de ses excursions nocturnes où elle se rend à la bibliothèque municipale pour satisfaire sa soif de connaissance, elle fait la connaissance d’une jeune fille normale. Elle ne fait pas partie de la ligue des voleurs. Par contre, les voleurs ne doivent pas se mêler aux gens ¨normaux¨, mais Clémence voit la sa seule chance de se rapprocher de son rêve. 

La ligue des voleurs est une BD très originale. Nous découvrons un peu l’envers du décors avec Clémence. De façon générale, on ne connait jamais vraiment les méchants dans les histoires. Ici, c’est une incursion dans leur vie. Cette BD peut plaire autant aux gars qu’aux filles! Les jeunes voleurs doivent, en examen, braquer l’endroit qu’ils leur plait. L’important est d’être celui qui ramènera le plus gros butin. Drôle, intelligente, dynamique et rempli d’action, c’est un achat que vous ne regretterez pas.

 

Magic 7 de Toussaint, La Barbera et Quattrocchi aux Éditions Dupuis, 17.95

9782800164205,0-3178415

Nous avons un GROS coup de cœur ici ! Léo, un garçon capable de parler aux fantômes de personnes célèbres, débarque dans une nouvelle école le jour même ou une coupe gagnée lors d’un important tournoi sportif est volée. N’étant pas en classe au moment du vol, Léo ainsi que Farah et Hamelin sont suspectés d’avoir volé la coupe. Essayant de découvrir le vrai coupable, Léo apprend que Farah et Hamelin possède eux aussi des pouvoirs uniques. Farah partage son corps avec un démon et Hamelin parle aux animaux par le biais d’instrument de musique. C’est lorsqu’ils combattent d’étranges robots métalliques qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas les seuls avec des pouvoirs en ville. Ils devront s’allier avec sept autres écoliers aux talents extraordinaires pour anéantir la menace qui guette.

Tout, mais absolument tout m’a plu dans cette BD. Les personnages sont rigolos, ayant chacun leur lot de problèmes. Les pouvoirs de chacun sont sortes de l’ordinaire. Par exemple, Léo ne peut communiquer qu’avec les morts dont la masse se souvient. C’est-à-dire qu’il ne peut prendre contact avec le fantôme de son grand-père, par exemple, mais il peut très bien avoir une discussion avec Houdini! Une très belle découverte! Deux tomes sont en vente présentement et j’attends avec impatience le troisième!

Kami T.01 Omégama de Juliette Fournier aux Éditions Jungle, 22.95$

kami

Pour être honnête, j’ai d’abord eu envie de lire cette BD parce qu’elle est très belle! La couverture est encore plus belle en vrai que par image. Les couleurs sont étonnantes et l’ensemble est magnifique. Nous suivons ici Nura, une jeune prêtresse du temple des dieux fondateurs de la cité Velhdi. Dans cet univers, lorsqu’un Dieu est oublié et qu’il ne reçoit plus d’offrandes ou de demandes, il perd sa forme majestueuse et risque de disparaître complètement. Lorsqu’une demande apparaît au temple, le dieu Belsem, le seul des trois dieux fondateurs à avoir encore usage d’un corps et de la parole, ils se rendent à la cité, dans l’espoir de rendre à Belsem sa magnificence. Par contre, une fois sur les lieux, ils constatent que le Duc est à la base de tout leurs problèmes. En effet, il a interdit le culte de nombreuses divinités. Pourtant, il semble lui-même possédé par une divinité qu’il le fait rajeunir… Une divinité que même Belsem ne connait pas.

Simplement magnifique. J’aime les couleurs vibrantes et cette bande dessinée en est pleine! C’est tout un univers qui s’offre à nous dès que l’on ouvre ce livre!

Voilà. Je m’arrête ici parce que ce blog serait autrement interminable :P. Soyez à l’affût par contre, je vous partagerai certaines de mes lectures au fur et à mesure que j’avancerai dans ce grand défi! Pour ceux et celles qui sont curieux de savoir combien de BD j’ai lue jusqu’à maintenant…. : 27 !

Alexe L. L.  😀