Cette semaine, nous nous intéresserons à deux ovnis littéraires publiés par les éditions Québec Amérique.

Je dis « ovni » parce que leur thématique est tout à fait paradoxale. Paradoxale, parce qu’il s’agit d’enfants vendus par leurs parents. Des enfants qui ont des facultés ou des aptitudes différentes.

Voici donc :

GRAVEL, François (2019), Neuro, « coll. Gulliver », éditions Québec Amérique, 9782764437131, 12,95 $

Louis a été vendu par ses parents au laboratoire appartenant à la Société. Louis possède des facultés très spéciales : il a une aptitude exceptionnelle pour apprendre les langues et il voit et comprend aussi la numération ou les calculs complexes par couleurs.

On comprend rapidement que Louis n’a pas l’intelligence émotionnelle qui correspond à son déferlement séquentiel des mots, des expressions qu’il trouve absurdes et souvent inappropriées et à sa logique mathématique et binaire de la réalité.

On devine que la difficulté à comprendre de Louis, à interpréter sa relation socio-émotionnelle avec les autres, est un symptôme de troubles du spectre de l’autisme. Ses trois amis et lui sont évalués en classe, un peu comme des cobayes, par les gens de la Société. Leurs intelligences analytiques les amèneront à se méfier et à planifier une évasion.

Le récit est très intéressant par sa structure. Le fait de mettre très peu de ponctuation dans le texte nous amène à réfléchir comme un autiste. C’est rapide, c’est en accéléré, c’est essoufflant! Le mot est comme le chiffre, démontré en séquence et compté en fin de chapitre. Une logique froide, mais qui finit par prendre couleur.

François Gravel, tu m’épates toujours. Je suis subjuguée. C’est encore un tour de force littéraire.

Pour toutes ces remarques, je crois que ce texte s’adresse davantage aux jeunes de 12 ans, donc au 1er cycle du secondaire.

Voici aussi pour les lecteurs de 9 à 12 ans :
DUMOULIN, Amélie et Émilie LEDUC (2019), Kid, éditions Québec Amérique, 9782764437377, 16,95 $

Kid n’avait pas de nom à l’époque : c’était juste un enfant qui avait été vendu par ses parents parce qu’il avait un don extraordinaire d’équilibre.

Kid va être acheté par Ernest pour devenir une plante décorative dans son appartement. Mais, Ernest doit partir parce qu’il cherche l’amour. Il demande à Myra, qui joue aux fléchettes dans le noir, de s’occuper de ses plantes. Myra ne remarquera pas l’enfant. Parce que, ce qui est vraiment extraordinaire ne se voit pas toujours en premier. Ernest ne reviendra pas, tout investi à sa quête d’amour. Myra sauvera l’enfant, en le reconnaissant comme un être vivant, en le protégeant, en l’aimant.

Un texte, tout spécial, philosophique, qui reconnaît que parfois nous sommes aveugles. Qu’est-ce qui nous cache la vérité? Qu’est-ce que nous dévoile le texte caché? Notre ignorance, notre aveuglement peuvent être brisés quand il s’agit de sauver le vivant…

Les illustrations sont remarquables, et le texte et l’image, avec du glow in the dark, sont hautement porteurs du fait que l’amour ne peut vraiment et véritablement se constituer que par la reconnaissance de l’autre.

Merci Québec Amérique! Ce sont des textes tout à fait différents, mais prenants, importants.

Claude Gauthier
Directrice du service aux institutions
Librairie Carcajou
450 437-0690

  • Alexandra Giroux

    Je crois que Neuro va s’ajuster à ma liste!