C’est la Semaine 23 du Défi Lecture Bande Dessinée que nous, vos libraires préférées (lol), Audrey et Alexandra L.L,. nous sommes imposés: 6 mois pour lire 50 bédés chacune, ce qui représente 2 bédés par semaine, au minimum, pour chacune de nous! Il ne reste plus que 2 semaines! Si vous voulez connaître tous les aléas du défi, rendez-vous ICI. Si vous voulez voir tous les articles à ce sujet, cliquez sur l’onglet « Nos projets », puis sur « Défi lecture 2015».

Voici les bédés que nous avons lues cette semaine!

Alexe a lu

Assassination Classroom de Yusei Matsui, Éditions Kana, 12.95$

BD basée ou adaptée à la télé

9782505019442,0-1733584

 

Quelle série! Elle n’est toujours pas terminée, mais l’idée est tellement géniale. Korosensei (professeur intuable), un être né sur terre, mais qui n’est pas humain, a menacé de détruire la terre dans un an. Il peut se déplacer deux fois plus rapidement que la vitesse du son. Vous comprendrez qu’il est donc presque impossible de le tuer. Tous les pays du monde ayant essayé de le tuer sans succès, il propose aux gouvernements de le laisser enseigner dans un certain collège en échange de quoi il apprendra aux étudiants comment le tuer. Il devient alors l’enseignant des élèves de la classe E. Cette classe, c’est celle des décrocheurs. Dès qu’un élève tombe sous la barre du résultat accepté par l’académie, il est transféré dans cette classe. Une drôle de relation se développe entre Korosensei et ses étudiants. Korosensei les aide à devenir indépendant et leur apprend à avoir confiance en eux, mais les étudiants, malgré le fait qu’ils l’apprécient, doivent tout de même tenter de le tuer, sous peine que la terre soir anéanti.

Je dois dire que j’avais beaucoup d’attente lorsque j’ai commencé cette lecture. Il y avait un moment qu’elle m’intéressait et j’avais entendu dire que c’était une très bonne série. C’est le cas, mais je crois que je dois m’adapter à lire du manga. En effet, je trouvais que le rythme auquel l’histoire se déroulait était très rapide. Les pivots importants sont très présents dans la série. Puis, j’avais appris dernièrement que les Japonais lisent souvent dans le métro et dans Jump, une revue dans le genre de Spirou qui publie des chapitres de différentes histoires. Il faut donc qu’il se passe souvent quelque chose. Le tout est assez humoristique!

8/10

Pour réserver ou acheter en ligne, cliquez ICI.

Love Mission de Ema Toyama, Éditions Pika, 12.95$

BD avec un triangle amoureux

téléchargement

 

Voici un histoire d’amour qui sort de l’ordinaire. En effet, Yukina Himuro mène un double vie. Collégienne à part des autres, elle est l’auteure anonyme d’une série de roman pour cellulaire populaire. Alors que personne de son lycée ne sait qu’elle en est l’auteure, elle entend certaines filles se plaignent qu’il manque d’amour dans ses livres. Se sentant confrontée et voulant prouver qu’elle peut écrire sur n’importe quoi, elle décide d’en ajouter à son histoire. Le hic, c’est que, jusqu’à maintenant, elle basait ses histoires sur le comportement des gens autour d’elle. N’ayant pas un cercle d’ami, elle ne sait pas comment les gens interagissent ensemble et utilisaient ses collègues de classe pour trouver l’information nécessaire. Toujours est-il qu’elle n’a jamais été amoureuse et/ou en couple. Alors qu’elle découvre les sombres petits secrets de Shiguré, le gars le plus populaire de son école, elle le manipulera pour son histoire. Elle l’oblige à tomber amoureux d’elle, sans quoi, elle dévoilera son petit jeu à tout le monde. 

C’est donc une histoire rafraîchissante du fait qu’elle est originale. Ce n’est pas un série à l’eau de roses prévisible et cela rend le tout si plaisant! Un série à découvrir!

8/10

Pour commander ou réserver en ligne, cliquez ICI.

Audrey a lu

Paul à la campagne de Michel Rabagliati, chez la Pastèque, à 14.95$

Première BD d’un auteur populaire

9782922585018,1-45779 9782923841472,1-280745

Avec Paul à la campagne comme première oeuvre, Michel Rabagliati révèle une semi-autobiographie pleine de sensibilité. L’album se compose de deux récits, placés sous le signe de la nostalgie de l’enfance. Paul à la campagne raconte une visite dans les Laurentides tandis que Paul apprenti typographe pose un regard tendre sur l’affection liant un père et son fils.

Les dessins sont détaillés, mais concis et clairs. L’histoire est touchante et, je dirais même mignonne. C’était la toute première fois que je lisais du Rabagliati et si je m’étais arrêtée à cette première impression, je n’aurais pas lu les autres. Il n’y a aucun mystère, aucun apprentissage, aucun dilemne, aucune passion poignante dans cette bédé: il ne s’agit que de souvenirs, parfois mignons, parfois rigolos. La bédé ne fait que 45 pages, mais j’étais plutôt mitigée de ne pas me sentir aussi interpelée par l’art de Rabagliati surtout en connaissant le nombre incroyable de fans qu’il a! 6/10

rabNé en 1961 à Montréal dans le quartier Rosemont, Michel Rabagliati commence à s’intéresser sérieusement à la bande dessinée à l’âge de onze ans. Faute de devenir auteur de BD, il sera illustrateur et graphiste pendant une vingtaine d’années! Ce n’est qu’à la fin de la trentaine qu’il se lance. Les bandes dessinées qu’il créera auront un succès retentissant. Les lecteurs sont touchés de lire des histoires qui leur ressemble dans un environnement qu’ils connaissent.

Allez faire un tour sur son site internet, ça vaut le détour!

Pour commander ou réserver en ligne, cliquez ICI.

Pour la version en couleur de son 15e anniversaire, cliquez ICI.

 

Paul à Québec de Michel Rabagliati, chez la Pastèque, à 27.95$

BD adaptée en film

paulaquebecimages

 

Je l’avoue: j’ai été voir le film avant de lire la bédé. Après ma déception de Paul à la campagne (qui n’était en fait causée que par un niveau d’attentes « rocambolesquement » trop élevées), je n’avais pas trop envie de me lancer dans la lecture de Paul à Québec. Je suis alors allée voir le film en pensant que c’était une mignonne petite comédie québécoise comme on l’en voit parfois et qui nous redonne le sourire alors que le monde autour de nous nous semblait si gris un peu avant que le film ne commence. J’y ai amené une amie en lui disant qu’on verrait un « petit film cute« . Les lecteurs des Paul doivent bien rire de moi présentement… à moins qu’ils n’aient déjà arrêté de lire (ce qui serait désolant)!

Le film était en fait un drame, mais pas un drame comme les autres drames qu’on peut visionner parfois et qui sont si dramatiquement dramatiques qu’ils nous font pleurer tous les larmes de notre corps au point où on se demande si vraiment on pleure à cause du film ou que ce n’est pas plutôt parce qu’on a juste envie de pleurer. Non: « Paul à Québec » est un drame du quotidien, un drame de notre quotidien. C’est l’histoire d’une famille unie (celle de la conjointe de Paul, Lucie) qui perd un membre de sa famille après un diagnostique de cancer du pancréas. C’est l’histoire d’une famille insouciante, comme nous tous, qui du jour au lendemain se voit confronter à l’idée de perdre un être précieux pour toujours. Dans la salle de cinéma, maintes fois, nous entendions les autres spectateurs et spectatrices pleurer doucement. C’est une histoire plus que touchante, mais aussi accompagnée de rires, de moments de bonheur inoubliables immortalisés dans la bande dessinée.

Finalement, ce soir, j’ai osé ouvrir la bande dessinée de Paul à Québec et me réconcilier avec Rabagliati. J’ai été surprise de voir que plusieurs adaptations avaient été faites pour les besoins du film et que la bande dessinée était encore meilleure que celui-ci! Les grands moments du film y sont tout de même (il va s’en dire)! Sachant l’issue de cette lecture, j’ai eu de la difficulté à la terminer parce que chaque moment un peu triste, un peu heureux, un peu rigolo, me ramenait à l’inévitable et je pleurais, je pleurais… Cette bédé est venue me toucher droit au coeur puisque j’ai perdu mon grand-père récemment et soudainement en plus d’avoir aussi perdu deux autres grand-parents des griffes du cancer il y a plusieurs années.

Cette bédé est donc d’une beauté indéfinissable. Elle sublime l’indicible. Rabagliati, je t’aime. Toutes mes excuses à toi et à tes fans pour le résumé précédant. 10/10

Pour commander ou réserver en ligne, cliquez ICI.

 

 

 

11233403_10155597349405644_1322608336_o

Merci de nous lire, de nous suivre, de partager votre passion de la bande dessinée avec nous! C’est un plaisir pour nous de vous partager nos lectures! Si vous avez des commentaires à nous faire, n’hésitez surtout pas.

À la semaine prochaine!